Mécanismes de la douleur: créer des solutions plus efficaces

Hopital News » Santé » Mécanismes de la douleur: créer des solutions plus efficaces

Quand la douleur se déclenche, elle peut affecter nos vies de multiples façons – jusqu’à nous empêcher d’accomplir les tâches qu’on s’était fixées. La recherche sur le traitement et la prise en charge des patients souffrant de douleurs chroniques est essentielle pour comprendre les mécanismes à l’origine de cette sensation ainsi que les types de traitements efficaces qui permettraient de soulager rapidement et durablement. Dans cet article, nous explorerons le système complexe qui régit la douleur et examinerons des exemples de médicaments et autres solutions susceptibles d’aider ceux qui vivent avec une douleur permanente.

 

Les mécanismes de la douleur

La douleur est un symptôme fréquent et complexe, qui constitue un enjeu important pour la santé publique. En France, près de deux tiers des consultations médicales concernent les affections douloureuses, et 30% de la population souffre de douleurs chroniques persistantes au-delà de 3 mois.

Mais cette sensation est différente selon les individus, les pays et les cultures.

Aujourd’hui, la douleur n’est plus considérée uniquement comme un signal d’alarme primaire destiné à protéger l’organisme, mais comme une manifestation complexe qui requiert toute l’attention du corps médical. Pour comprendre les mécanismes en jeu et trouver des traitements plus efficaces contre cette affection, il faut apprendre à connaître les différents types de douleur et le système nerveux impliqués dans le processus.

Les différents types de douleur

Les médecins tentent aujourd’hui de catégoriser la douleur afin de mieux cibler ses causes et ses effets sur le corps humain. On distingue généralement trois grandes catégories :

  • Douleur aiguë: Elle survient brusquement suite à une blessure ou une maladie aigüe et peut durer quelques jours ou quelques semaines. Celle-ci est utile puisqu’elle permet au corps de réagir face à une agression extérieure ou interne.
  • Douleur chronique: Elle dure plus longtemps que la douleur aiguë (plusieurs semaines, voire plus) et provoque des difficultés importantes pour le patient tant sur le plan physique que psychologique.
  • Douleur neuropathique: Il s’agit ici d’une pathologie résultant directement d’un dysfonctionnement du système nerveux. La douleur est très intense et imprévisible, elle peut être accompagnée de symptômes tels que des picotements ou des engourdissements.

Le système nerveux et son rôle dans la douleur

Le système nerveux est responsable du traitement des informations sensorielles reçues par les récepteurs sensoriels situés sur notre peau, nos muscles ou nos organes internes. Ces informations sont ensuite acheminées vers le cerveau via le système nerveux central, qui va les analyser et décider de la réaction appropriée.

C’est ce qui explique que nous puissions sentir des sensations différentes en fonction de l’intensité, de la durée ou encore du type de stimulus.

Les différentes sensations liées à la douleur

Notre perception de la douleur peut être très variée selon le type d’agression : coupure, brûlure, piqûre… Elle est souvent associée à des émotions comme la colère, la tristesse ou l’anxiété. D’autres sensations peuvent aussi être ressenties telles que des picotements, des fourmillements ou des engourdissements.

Les traitements actuels de la douleur

Les méthodes thérapeutiques pour soulager la douleur sont multiples et variées : médicaments antalgiques, thérapies non-médicamenteuses (kinésithérapie, acupuncture, hypnose) ou bien encore techniques plus sophistiquées basées sur la neurostimulation ou la réalité virtuelle…

Les médicaments antalgiques

Les médicaments antalgiques sont une solution couramment utilisée par les médecins pour soulager une douleur aiguë ou chronique. Le choix du traitement sera guidé par le type et le niveau de douleur du patient et par son profil personnel (âge, pathologie associée).

Ces médicaments ciblent les principales voies de transmission de la douleur en bloquant certains neurotransmetteurs afin d’interrompre code message envoyé vers le cerveau.

Les thérapies non-médicamenteuses

Dans certains cas, il existe des solutions sans médication pour soulager la douleur. On retrouve par exemple :

  • La kinésithérapie: elle consiste à utiliser des techniques manuelles destinées à relancer la circulation sanguine et touristique.
  • L’acupuncture: elle repose sur l’insertion contrôlée d’aiguilles stériles sur des points précis du corps afin d’activer certains neurones.
  • L’hypnose: il s’agit d’une technique psychothérapeutique destinée à libérer un patient des symptômes physiques et psychologiques liés à sa douleur.

Les limites des traitements actuels

Malgré l’efficacité de certaines de ces méthodes, celles-ci n’apportent pas toujours le soulagement escompté. Les traitements actuels peuvent également entraîner des effets secondaires indésirables tels que la somnolence ou les étourdissements.

Il est donc essentiel de trouver des alternatives pour traiter la douleur.

Les nouvelles pistes de recherche pour mieux comprendre et traiter la douleur

Pour contrer l’insuffisance des traitements actuels, plusieurs chercheurs du monde entier planchent sur le développement de nouveaux outils thérapeutiques. Voici quelques pistes prometteuses :

L’utilisation de la génétique pour identifier les facteurs de risque

La génétique repose sur l’analyse des caractères héréditaires d’un individu. Elle permet aujourd’hui d’identifier certains gènes spécifiques qui sont susceptibles d’augmenter le risque de souffrir de douleur chronique notamment chez certains patients à haut risque (diabète, cancer…).

Ces informations permettent aux professionnels de santé d’avoir une vision plus précise du profil du patient et donc de cibler plus efficacement le traitement.

L’évaluation de la douleur chez le patient pour mieux adapter les traitements

L’observation directe et précise des symptômes par un professionnel qualifié est indispensable au bon diagnostic et à la prescription adaptée d’un traitement. La mesure objective et quantitative de la douleur par le biais d’outils tels que l’imagerie cérébrale ou l’imagerie par résonance magnétique permet aux cliniciens d’être plus en mesure d’adapter les traitements au patient.

Les nouvelles technologies (neurostimulation, réalité virtuelle) pour soulager la douleur

Ces technologies proposent des approches innovantes qui exploitent le potentiel du cerveau pour apaiser progressivement la douleur. Elles peuvent être utilisées seules ou conjointement avec d’autres techniques telles que l’hypnose ou l’acupuncture pour obtenir un résultat optimal.

Mécanismes de la douleur: créer des solutions plus efficaces
Retour en haut